• Laetitia Guibert

Nudge vert : cet outil révolutionnaire pour booster la RSE

En 2020, 78% des salariés considèrent que la RSE est importante dans la vie de l’entreprise, et 85% d’entre eux voudraient s’investir plus dans les démarches RSE de leur entreprise. Chouette !


Pour autant, même si les démarches RSE se développent de plus en plus dans les organisations, ces dernières ont encore du mal à mobiliser les salariés. (Sondage Institut Viavoice, 2020). Pourquoi ? Une partie de la réponse se trouve dans les sciences cognitives et l’économie comportementale !

1. Les biais cognitifs qui freinent la mise en place des actions RSE

Dans mon dernier article, je vous ai parlé de notre fameux mode mental automatique qui nous permet de prendre des décisions rapidement mais inconsciemment grâce à des raccourcis cognitifs (ces fameux biais cognitifs) afin de minimiser l’utilisation d’énergie (notre cerveau est paresseux).


95% de nos prises de décisions quotidiennes sont traitées par ce mode automatique. Généralement, il prend de bonnes décisions (c’est pour cela que nous sommes toujours en vie aujourd’hui !) mais, il s’avère qu’il peut, parfois, faire des conclusions faussement logiques, induites par ces biais cognitifs, et nous conduire à adopter de mauvais comportements ou prendre de mauvaises décisions.


Concernant la RSE, on peut identifier 6 biais cognitifs qui freine la mobilisation des collaborateurs et l’adoption de comportements plus alignés à la démarche des entreprises:

  • Le biais de sur-confiance : ce biais nous amène à surestimer notre capacité à faire face aux enjeux écologiques auxquels nous sommes confrontés ou à se persuader que la situation va changer. «J’ai confiance, l’homme trouvera forcément une solution. La technologie va nous sauver ! »

  • Le biais de confirmation : ce biais nous pousse à penser que les éléments et les informations disponibles confirment notre opinion. Nous sélectionnons les informations qui vont dans notre sens, interprétons celles qui sont ambigus dans le sens qui nous convient et négligeons les autres. « J’ai lu un article sur les mails, en fait c’est pas si pire ! »

  • Le biais de d’optimisme : ce biais nous pousse à croire que nous courrons moins de risques que les autres.

« On a le temps avant que l’Etat nous contraigne dans notre activité, pas d’inquiétude»

  • Le biais de d’inertie : ce biais nous permets de fonctionner sur la base de nos habitudes et de nos préférences et nous permet d’agir rapidement sans dépenser trop d’énergie. « J’ai toujours fait comme ça, pourquoi je changerai ? Laissez nous faire comme d’habitude »

  • Le biais de du temps présent : ce biais nous nous conduit à privilégier le court terme sur le long terme et à repousser au lendemain les investissements qui pourraient améliorer notre vie. «On en a déjà raz-le-bol des contraintes liées au COVID, on ne va pas rajouter la RSE non plus ! »

  • Le biais de de disponibilité mentale : ce biais nous pousse à prendre une décision en fonction des éléments et des informations disponible immédiatement (à l’esprit ou à la vue). « Je vais regarder les vols pour Paris, je serai beaucoup plus rapidement à ma réunion qu’en train »

C’est inquiétant ? Oui et non, car ces biais cognitifs sont systématiques et donc… prévisibles ! On peut donc les anticiper et les contourner, notamment grâce à un petit outil révolutionnaire : le nudge !

2. Faciliter le passage de l’intention à l’action grâce aux nudges verts


L’approche nudge, théorisée par l’américain Richard Thaler, permet « d’activer des leviers d’influence cognitifs à travers des interventions anecdotiques pour induire un changement de comportement ». C’est un « petit élément présent dans l’environnement qui attire notre attention et qui modifie notre comportement » dans une direction donnée, tout en préservant la liberté.


L’objectif du nudge vert est d’encourager des comportements dans le sens des objectifs RSE de l’entreprise. Voici quelques exemples :

  • Le nudge du retour d'information

Ce nudge encourage l’adoption d’un comportement en capturant l’attention au moment où on agit et en assurant un retour d’information adéquat pour faire connaitre les conséquences immédiates du comportement.



  • Le nudge de la norme sociale

Ce nudge encourage l’adoption d’un comportement souhaité en communiquant une information relative aux autres à un moment pertinent dans le processus de décision de la cibles visées.

  • Le nudge de saillance :

Ce nudge encourage l'adoption d'un comportement en captant l’attention au moment où la décision est prise.


  • Nudge de simplification :

Ce nudge encourage l'adoption d'un comportement en facilitant toutes les étapes qui conduisent à celui-ci pour réduire le coût perçu.

L’ impact de cet outil est réel cependant il est important de respecter 3 règles car faire reposer un nudge sur l’exploitation d’un biais cognitif peut apparaitre comme une manipulation de l’individu ainsi que d’une privation de sa liberté d’agir:


Les trois règles du nudge vert :

  • La transparence : ne jamais induire en erreur

  • La bienveillance : ne pas être trop agressif

  • La clairvoyance : servir le bien-être de l’individu et de la société


Cet outil peut être utilisé par les services RSE afin d’induire de façon douce et efficace les comportements de collaborateurs dans le sens de la transition écologique et solidaire, notamment dans l’adoption des éco-gestes quotidiens. L’idéal étant qu’ils soient imaginés par et pour les collaborateurs à travers, par exemple, un atelier de créativité Nudges Verts !

499 vues0 commentaire